Skip to main content

Struve et McCorkle, des géants dans l'Octogone

Les Titans ou Epimetheus dans la
mythologie grecque, Fionn MacCumhaill et les Fomorians chez les
Celtes, John Henry aux États Unis, Goliath dans la bible ou bien
Gargantua et Pantagruel en France, les mythes et légendes sont
pleins d'histoires de géants. Ce weekend, lors du deuxième combat
principal de l'UFC 124, deux des géants de l'UFC vont monter dans
l'Octogone lorsque Stefan Struve (2m10, 115kg) affronte Sean McCorkle
(2m, 120kg+).

Si vous avez déjà rencontrés des
hommes de plus de deux mètres, vous savez à quel point cela peut
être intimidant. Si on ajoute un deuxième homme, qui fait deux
mètres 10 et que les deux soit parmi les meilleurs jeunes
combattants du monde du moment, on est garanti d'avoir du spectacle.
Mais il ne suffit pas d'être grand pour combattre à l'UFC, alors
regardons de plus près ces deux golgothes modernes.

A seulement 22 ans, l’hollandais
Stefan Struve a déjà 27 combats à son actif, dont 23 victoires. Ce
qui fait de lui un des jeunes combattants et le plus expérimenté de
l'UFC. Et son expérience se voit lors de ses combats, car Struve
sait tout faire. En seulement six combats à l'UFC, il a déjà gagné
la soumission de la soirée grâce à son étranglement en triangle
sur Chase Gormley, un autre monstre de 120kg, et KO de la soirée
lors de son dernier combat face à Christian Morecraft. Il aurait
surement gagné le combat de la soirée lors de sa guerre sans merci
face à Paul Buentello, si Alan Belcher et Wilson Gouveia n'avaient
pas été dans la meilleure forme de leur vies ce soir là.

Mais Struve n'est pas seulement un
combattant divertissant. Depuis son arrivé à l'UFC il a amassé
quatre victoires, et pas contre les moindres adversaires. Ses seules
défaites sont contre Junior Dos Santos, qui combattra bientôt pour
la ceinture poids lourd de l'organisation, et Roy Nelson, qui Dos
Santos a battu pour décrocher son combat pour le titre. En gros,
malgré son jeune âge, Struve est bien établi parmi les challengers
poids lourds de l'UFC, et pourrait très bien disputer la ceinture
poids lourd de
l'organisation d'ici peu.

Sean McCorkle, pour sa part, il est
plus âgé et moins expérimenté, mais ce n'est pas pour autant
qu'il est moins dangereux. Avec un palmarès parfait de 10 victoires,
McCorkle a déjà montré de quoi il est capable. Plus encore, le
résident d'Indiana a finalisé tout sauf un de ses adversaires, et
ce hic sur son palmarès à cause d'un bras cassé. Oui, vous avez
bien compris, McCorkle a gagné un combat par décision malgré
s'être cassé le bras pendant le combat.

Une telle blessure se soigne, et les 14
mois de rééducation explique son petit nombre de combats. Mais
« Big Sexy » comme il se fait nommer aujourd'hui, a voulu
regagner le temps perdu et c'est pour cela que son combat de ce
weekend sera son cinquième en 2010.

Bon, on sait qu'il est coriace, on sait
qu'il aime combattre souvent, mais qu'est ce qu'on sait d'autre au
sujet de Sean McCorkle ? Suite à ses débuts à l'UFC, on a eu la
confirmation qu'il est expéditif. Notre nouveau géant a affronté
la légende du PRIDE et du K-1 Mark Hunt au mois de Septembre, et 67
secondes lui ont suffit pour renvoyer le Néo-Zélandais chez lui
avec une bras cassé. Si ce n'est pas du spectacle...

Mais le spectacle, c'est la spécialité
de McCorkle. Avant, pendant et après le combat il a toujours son mot
à dire pour divertir les fans et son public. Entre les changements
de surnoms ; jusqu'ici McCorkle en a eu quatre. Les provocations sur
internet ; McCorkle a même réussi à énerver son adversaire de ce
weekend, d'habitude un jeune timide et poli. On dit même que c'est
grâce à son temps passé sur les forums de discussion qu'il a eu sa
place à l'UFC, et McCorkle cite ses capacités d'internaute comme
point fort dans son biographie officiel. Ou ses interviews
post-combat ; McCorkle a défié son partenaire d'entraînement Matt
Mitrione lors de son interview dans l'Octogone suite à sa dernière
victoire.

Quoi qu'il arrive ce weekend, que ce
soit une soumission, un KO ou une guerre acharnée de trois rounds,
avec ses deux géants, le spectacle est assuré.