Skip to main content

Le règne de GSP se poursuit

de Thomas Gerbasi - Tandis que l’ascension fulgurante du britannique Dan Hardy a donné naissance à des légions de fans au Royaume-Uni, le combattant favori des Européens reste encore le prochain adversaire de Hardy : le champion de l’UFC poids welter Georges St-Pierre, qui demeure le combattant le plus populaire en Europe.

de Thomas Gerbasi

Tandis que l’ascension fulgurante du britannique Dan Hardy a donné naissance à des légions de fans au Royaume-Uni, le combattant favori des Européens reste encore le prochain adversaire de Hardy : le champion de l’UFC poids welter Georges St-Pierre, qui demeure le combattant le plus populaire en Europe.

Ce Canadien français plein de classe est l’un des athlètes les plus humbles de tous les sports, et parmi les meilleurs du monde. Cependant, bien qu’il n’ait jamais été ni fanfaron ni grande gueule, il apprit vraiment l’humilité en 2007 en cédant son titre à Matt Serra.

“J’étais assez jeune, et j’étais trop jeune pour avoir ce type de célébrité et de pouvoir,” dit-il au sujet de son titre de champion. “Tout le monde me disait que j’étais super, alors j’étais entouré d’un cocon illusoire, persuadé que personne ne pouvait me toucher. Le truc que j’avais oublié c’est que peu importe le talent de la personne, il suffit d’une erreur pour perdre le titre. C’est ce que j’ai appris en perdant contre Serra.”

St-Pierre n’a pas goûté à la défaite depuis, gagnant six combats à la suite contre toutes les vedettes de l’UFC : Josh Koscheck, Matt Hughes, Jon Fitch, BJ Penn, et Thiago Alves, la victoire la plus douce ayant été celle contre Serra au cours de leur combat de revanche en 2008. La seule chose qui a ralenti St-Pierre a été une blessure à l’abducteur qu’il subit lors de sa victoire sur Alves à l’UFC 100.

Une fois sa blessure guérie, l’habitant de Montréal retourna au gymnase et s’arma de 10 livres de plus de muscles. Au cours de la bataille de l’hiver dernier entre Swick et Hardy pour déterminer son prochain adversaire, St-Pierre prit quelques notes mentalement en regardant le combat en direct. “Je peux sentir l’atmosphère et évaluer quel type de combattant ils sont et à quel niveau ils sont.”

Mais que va-t-il se passer si cet athlète de 28 ans continue à fouler aux pieds la division des poids welter ? La question devient alors de savoir si GSP considère un changement de catégorie vers les poids moyens, pour défier le chef actuel des 185 livres (84 kg) Anderson Silva.

“J’ai un objectif en tête, quand je prendrai ma retraite, je veux être connu comme le meilleur combattant de tous les temps dans le sport de MMA,” dit St-Pierre. “C’est comme ça que je veux qu’on me connaisse et je veux être l’homme qui a fait une différence, pas seulement dans l’Octogone, mais aussi en tant que porte-parole (du sport). Pour atteindre cet objectif, je dois battre les meilleurs gars du sport. Bien entendu, Silva en fait partie, BJ Penn en faisait partie aussi, mais ce combat (contre Silva) n’est pas gravé dans la pierre. L’un de nous peut perdre un combat, et si l’un de nous perd, l’intérêt du combat diminuera considérablement.”

Si la forme récente dans le passé et dans le présent sert d’indicateur, ni St-Pierre ni Silva n’ont l’air destinés à perdre de sitôt. Mais il peut toujours y avoir quelqu’un quelque part qui vous voit venir un soir particulier quand vous avez perdu votre concentration une fraction de seconde ou trop anticipé et ils peuvent transformer votre invincibilité en défaite en un clin d’œil. Alors bien que St-Pierre apprécie la possibilité de participer à de nombreux combats différents, le champion se concentre sur un seul à la fois.

“Maintenant, ma plus grande menace va être Hardy, parce que c’est l’homme que je suis censé affronter,” dit-il. “Mes yeux restent rivés sur la menace actuelle.”