Skip to main content

Jon Jones, le parcours d'un champion

Suite à sa victoire plus qu'impressionnant face à Ryan Bader lors de l'UFC 126, l'UFC a proposé à Jon « Bones » Jones, un combat pour la ceinture poids mi-lourd. Le résident de Rochester à New York, âgé seulement de 23 ans, affrontera le champion, Mauricio « Shogun » Rua le 19 Mars lors de l'UFC 128. Voici un petit résumé de la carrière d'un phénomène.

En
seulement trois ans de combat, « Bones » s'est construit
un palmarès exceptionnel de 12-1, et encore le 1 est douteux. En
effet, le New-yorkais dominait son combat face à Matt Hamill. Il
avait projeté le multiple-champion de lutte et il était en bonne
voie pour remporter le combat, lorsqu'il envoie des coups de coudes
interdits et se faire disqualifier en subissant par la même occasion
la seule et unique défaite de sa carrière.

Mais
nous n'allons pas nous arrêter à cette défaite. Ce jeune
combattant s'est fait remarquer par son nombre assez impressionnants
de victoires (ce qui lui a mérité cette opportunité sans précèdent
n'est pas une défaite, mais ses nombreuses victoires incroyables.)

Jones
est arrivé à l'UFC avec un palmarès non-négligeable de 6-0, rien
d'étonnant à cela car seuls les meilleurs ont le privilège de
combattre à l'UFC. Ainsi en zoomant, plus particulièrement sur son
début de carrière à l'UFC, on peut constater que son premier
combat a eu lieu le 12 Avril 2008, le sixième le 12 Juillet de la
même année. C'est exact, il a amassé six victoires consécutives
en 3 mois, jour pour jour. Cependant ce qui reste le plus
impressionnant et le plus remarquable lors de ses 6 victoires :
Jones a finalisé tous ses adversaires, dont quatre victoires au
premier round. Alors son arrivée dans l'Octogone était très
attendue.

Une
fois à l'UFC, Jones s'est rapidement fait remarquer. Il a accepté
son premier combat à l'UFC, face à Andre Gusmao, avec seulement
trois semaines de préavis. Largement reconnu comme un outsider,
Jones a marqué les esprits avec une domination complète laquelle a
terminé en décision unanime. Stephan Bonnar était le prochain sur
sa liste de ces victimes, et le vice-champion de TUF n'a pas eu plus
de succès que son prédécesseur. Bien que ces deux combats se
soient gagnés à la décision, le style explosif et peu orthodoxe de
Jones a fait beaucoup parler de lui. Rare sont les combattants de la
catégorie mi-lourd capable de se servir des coups de coudes
retournés et des coups de genoux sautés comme l'a fait ce nouvel
arrivant, alors lorsqu'il fait voler tous ses adversaires avec des
projections et des arrachés à tout va en prime, cela ne passe pas
inaperçu.

Suite
à ses deux victoires, Jones a été choisi pour remplir la carte de
l'UFC 100, le plus grand évènement de l'histoire de l'UFC. Son
adversaire sera Jake O'Brien, un lutteur poids lourd qui s'était
récemment descendu à la catégorie des mi-lourds. Contre un lutteur
de la qualité de O'Brien, on se demandait si le jeune Jones serait
obligé de changer de stratégie. Ce fut bien le cas, « Bones »
décide d'éviter le corps à corps, bloque tous les emmenés au sol
de son adversaire et fait parler ses pieds et ses poings. La tactique
fut une totale réussite, en partie grâce à son allonge : le
plus grand de sa catégorie, mais surtout grâce à son style
imprévisible et sa rapidité. Et lorsqu'il envoie un coup de coude
retourné au deuxième round qui force son adversaire à venir au
corps à corps, le jeune New-yorkais fini le combat avec une
guillotine.

Avec
ce troisième victoire, il était clair que Jones était à son aise
dans l'Octogone : l'heure a sonné pour passer au niveau
supérieur. Malgré la débâcle face à Hamill, l'UFC lui a donné
une deuxième opportunité face à Brandon Vera en tête d'affiche de
l'UFC Live en Mars 2010.

Le
combat était significatif, car Jones se trouve à la place de Vera
lors de l'arrivée de ce dernier à l'UFC : Un jeune espoir
talentueux et prometteur qui étai suivi de près par les médias
ainsi que les fans et les dirigeants de l'UFC.

Le
jour du combat, Jones n'a pas perdu de temps. Il a mis son adversaire
immédiatement sur le dos et a commencé à envoyer une pluie de
coups de poings et de coudes. L'unique moment où notre champion a
été ralenti c'est lorsque Vera lui donne un coup de pied interdit.
Mais cet instant de répit a été de courte durée. Après avoir été
pénalisé d'un point, Vera a été obligé de reprendre sa position
sur le dos et Jones a redoublé son attaque. À la troisième minute
du round « Bones » a touché
avec un coup de coude qui a forcé son adversaire à se couvrir le
visage et lui tourner le dos. L'arbitre a rapidement arrêté le
combat et le jeune champion a été de nouveau sur la liste des
gagnants avec une prime pour le KO de la soirée. Son adversaire a
été interdit de prendre l'avion
à cause d'une triple fracture au visage.

Sa
réputation établie, on commençait à parler de Jones comme un
futur challenger pour le titre. Il ne lui restait qu'un seul obstacle
pour se positionner parmi les meilleurs de la catégorie :
l'ancien champion de l'IFL Vladimir Matyushenko. Avec une carrière
dont la longévité est assez impressionnante : plus de 13ans,
le combattant Biélorusse représentait un vrai défi pour le jeune
Jones. Sans compter qu'il a été champion de l'IFL, Matyushenko est
un lutteur très accompli et expérimenté qui a déjà combattu pour
la ceinture de l'UFC lors d'une rencontre en cinq rounds face à Tito
Ortiz.

Contre
toute attente, Jones a balayé le tapis avec « Le Concierge ».
Une minute et 52 secondes lui ont suffit pour l'emmener au sol,
l'immobiliser avec un crucifix et faire tomber une pluie de coups de
coudes pour gagner par TKO.

Après
cette victoire, le Président de l'UFC Dana White a confirmé le
statut de Jones comme challenger et a avoué qu'il l'avait été
agréablement surpris et impressionné par la manière dont ce jeune
espoir à dominer Matyushenko. En même temps, Jones réclamait un
combat contre un ténor de la catégorie, et White l'a très bien
entendu en lui proposant d'affronter un combattant du top huit de la
catégorie dès son prochain combat.

Ce
combattant du top huit était Ryan Bader. Le combat était un des
plus attendu de l'histoire récente du sport, et avec de bonnes
raisons. Les deux combattants représentent le futur de la catégorie
poids mi-lourd. Bader est arrivé avec un actif de 12 combats
consécutifs sans défaite. « Darth » se vantait des
victoires sur Rogerio Nogueira et Keith Jardine sans compter qu'il a
été le champion de la huitième saison de TUF.

Tous
deux sont des champions de lutte, tous deux ont de la puissance à
revendre, tous deux ont des physiques impressionnants, mais
totalement différents.

C'est
lors de l'UFC 126, en soutien du choc entre Vitor Belfort et Anderson
Silva, que cette rencontre de taille a eu lieu. Et le jour du combat,
encore une fois, Jones a choqué le monde.

Bader,
un autre jeune espoir de la catégorie, l'homme fort de la catégorie,
le champion du TUF, ne pouvait rien contre la vitesse, la précision
et la technique de Jones. « Bones » l'a dominé comme un
enfant avant de le soumettre avec une guillotine au deuxième round.

Peu
de temps avant le combat, Rashad Evans s'est désisté du combat de
championnat à l'UFC 128 à cause d'une blessure au genou. L'UFC a
profité de la victoire de Jones pour lui donner l'opportunité de
remplacer Evans en affrontant le champion Mauricio « Shogun »
Rua. Et bien sûr, le jeune challenger New-yorkais a accepté.

Est-ce
que le style peu orthodoxe de Jones, ses frappes venant de toutes les
directions, sa vitesse remarquable et sa lutte hors-pair seront
suffisants pour réclamer la ceinture de la catégorie ?

Pour
cela, il va falloir qu'il batte « Shogu », jeune
phénomène du Pride, qui lui aussi à des frappes peu orthodoxes, de
la puissance à revendre et un jeu au sol hors-pair. Le même
« Shogun » qui a mis KO Lyoto Machida, jusqu'alors
invaincu en 16 combats, dès le premier round ?

Seul
le temps nous le dira, mais une chose est certaine, il va y avoir du
spectacle.