Skip to main content

Des notes de la conférence de presse de l'UFC 120

Le
jour J arrive à grands pas, les combattants principaux ont pris le
temps de rencontrer la presse.

L'ambiance
était détendue à Earls Court, le site où aura lieu le premier UFC
Fan Expo en Europe. Marshall Zelaznik, Président des Opérations
Internationales de l'UFC salue la presse puis il présente sur sa
gauche, les envahisseurs étrangers Mike Pyle, Carlos Condit et
Yoshihiro Akiyama, et sur sa droite, la force de combattants d'élite
chargés de défendre la terre Britannique, John Hathaway, Dan Hardy
et Michael Bisping.

Chaque
combattant se présente à son tour. Comme à son habitude, Dan Hardy
profite de l'occasion pour provoquer Carlos Condit. Le combattant de
New Mexico a failli ne pas prendre l'avion, alors son adversaire le
remercie d'être venu. Condit explique plus tard que son passeport
est en mauvaise état et que le photo date de plusieurs années,
alors la police des frontières à New York ne voulait pas le laisser
partir.

Je
demande à Hardy ce qu'il pense du fait que Condit ait voulu
l'affronter. « C'est un peu idiot, à mon avis »
m'explique t-il. « Il y a des combats plus faciles qu'il aurait
pu demander, et maintenant il va se faire tabasser. »

En
réponse Condit explique pourquoi il a demandé le combat; « C'est
toutes les raisons qu'il a donné. C'est un adversaire difficile,
coriace et je ne veux affronter que des adversaires durs. » Je
lui demande si il pense que le combat sera plus difficile parce que
c'est en Angleterre, devant des fans de Hardy. Carlos est catégorique
« Seulement si le combat va à la décision, mais cela ne va
pas être le cas. »

Michael
Bisping intervient, il n'aime pas l'idée qu'on puisse sous entendre
que les juges en Angleterre soient parti pris pour les combattants
locaux. La salle chauffe pendant quelques minutes, jusqu'à ce que
Bisping déclare « Pourquoi je m'énerve, ce n'est même pas
mon combat. Dan, tu n'as rien à dire? ». L'atmosphère se
détend immédiatement, tout le monde se marre et on passe à autre
chose.

Bisping
parle un peu de son adversaire. Akiyama aurait dit des choses que
l'Anglais n'a pas apprécié pendant son interview d'avant combat.
« The Count » ne veut pas entrer dans les détails, et
ajoute « Vous verrez demain lors de l'événement ce qu'il a
dit. Mais il a tort et je vais le prouver samedi soir. ».

Plus
de questions de la salle, on passe aux interviews individuels. Tous
les combattants semble détendu, mais on sent l'impatience d'être
dans l'Octogone.